Armatis, leader sur le marché des Centres de Contacts Français, gestion de la Relation Client, Télémarketing et Centres d'Appels, créée en 1989 par Denis Akriche, compte plus de 6 500 salariés travaillant sur douze sites implantés en France métropolitaine : Boulogne-Billancourt, Calais, Boulogne-sur-Mer, Caen, Villeneuve-d'Ascq, Tauxigny, Poitiers, Bordeaux, Châteauroux, Nevers, Roanne, Auxerre et à l'étranger : Porto, Varsovie et Tunis. Armatis a réalisé plus de 16 millions de contacts sortants et 17 millions de contacts entrants sur l’année 2009, soit un chiffre d’affaires de 92,5 millions d’euros avec des clients comme Orange, Xerox, Bouygues Télécom, Easy Bourse, ...



L’Historique des Centres d’Appels ARMATIS :
1989 : Denis Akriche fonde Stefi Conseil, une agence de conseil en marketing direct et relationnel implantée à Boulogne-Billancourt. Dans les années 1990, les concepts de télémarketing et de télévente sont déjà en plein développement aux États-Unis, mais encore peu développés en France. L'agence Stefi Conseil évolue donc dans ce sens.
1993 : première orientation stratégique, Stefi Conseil se spécialise dans les prestations téléphoniques. Parmi les différentes activités du marketing direct et relationnel réalisées, Stefi Conseil a rapidement pris conscience du potentiel existant dans le développement de la relation client par téléphone, seul média permettant de créer une interactivité avec ce dernier.
2000 : l’entreprise Stefi Conseil connaît une évolution avec l’entrée dans son capital du fonds d’investissement FCP Industries et Finances Investissements.
2001 : Stefi Conseil change de dénomination sociale et devient « Armatis », un nom symbolisant la force et l’unité.
2002 : Armatis par une opération de build-up devient un groupe en faisant l’acquisition de deux entreprises spécialisées aussi dans la gestion de relation client à distance : Convergys France et LFC (Le Fil Conducteur). Armatis voit sa masse salariale multipliée par trois.
2003 : Armatis en reprenant l’usine Lu de Calais, qui vient de fermer ses portes en raison d'un plan économique, implante son premier centre dans le Nord de la France. Une opération fortement médiatisée car elle a lieu à une époque où plusieurs entreprises dont Danone, Marks & Spencer et Moulinex doivent engager des plans sociaux pour cause de restructuration économique. Armatis crée ainsi à Calais 400 positions de travail et 650 emplois. 856 collaborateurs y sont aujourd’hui en CDI.
2004 : Armatis avec le développement de la demande, implante un troisième centre dans le Nord, à Boulogne-sur-Mer. Petit frère de Calais, le centre de BSM emploie depuis 2004 près de 600 collaborateurs sur 400 positions de travail.
2005 : Armatis confirme sa stratégie en reprenant un espace de près de 3 500 m2 à Châteauroux (anciens locaux de la SEITA). 800 collaborateurs travaillent aujourd’hui sur le site qui compte 550 positions de travail.
2006-2007 : Armatis grâce à une croissance continue, ouvre son 5e centre, choisissant la ville de Caen. Avec une capacité de production de 550 positions de travail et 700 emplois à la clé, ce centre est aujourd'hui le plus important d'Armatis.
2008 : Armatis s’implante pour la première fois en Bourgogne, la ville de Nevers accueille son 6e centre. Nevers compte 350 positions et près de 250 collaborateurs.
2009 : ouverture d'un 7e centre Armatis à Auxerre.
2010 : une année importante pour Armatis puisqu’elle marque la mise en place de services clients pour Orange et Conforama.
2012 : Armatis par le biais d'une opération de croissance externe, rachète LaSer Contact, filiale du groupe LaSer, ce qui lui permet de doubler son chiffre d'affaires, le nombre de salariés sur le territoire français, d'acquérir des filiales au Portugal, en Pologne et en Tunisie et de devenir le groupe Armatis-lc.



Quelques CHIFFRES CLÉS 2013 des Centres d’Appels ARMATIS :
• Société au capital de 35 157 287 €
• Chiffre d’affaires de 191 M€
• 12 centres de contact en France et 4 langues pratiquées
• 5000 positions de travail
• 6500 collaborateurs
• 81% de CDI
• 85,4% de diplômés
• 5,61% de travailleurs handicapé
• 65% d’encadrement féminin
• 6% de la masse salariale alloué à la formation
• 240 serveurs
• 5100 lignes téléphoniques
• Une SSII intégrée de 80 collaborateurs
• Un indice de fidélisation sur 4 ans de 90%.
• Le plus ancien client fait confiance à Armatis depuis 21 ans
• 90 millions de contacts sortants
• 15 millions de contacts entrants
• 80 % de contacts par téléphone
• 20% d’activité digitale et de Back Office (mails, chat, réseaux sociaux, fax, courriers, SMS)


L’Équipe Dirigeante des Centres d’Appels ARMATIS :
• Président directeur général : Denis Akriche, diplômé de l’ESSEC (1976), a passé 11 ans dans le groupe PEUGEOT SA où il a exercé des fonctions commerciales, de contrôle de gestion et de direction générale de filiales. En 1987, il intègre la société Phone Marketing Systems, alors leader en France des centres d’appels, dont il gère la cession à Sysmark. A la suite de cette cession, il crée la société Stefi Conseil en 1989, devenue ARMATIS en 2001. Par ailleurs, Denis Akriche est membre du conseil d’administration du SP2C (Syndicat des Professionnels des Centres de Contact).
• Directrice générale adjointe : Sonia Serfaty
• Directeur général adjoint (LC) : Pascal Malidin
• Directeur général délégué (Armatis-lc Business Consulting) : Yanick Prigent
• Directrice des ressources humaines : Laurence Lelouvier
• Directrice administrative et financière : Cécile Rousset
• Directeur des achats et des moyens généraux : Pascal Malidin
• Directeur des systèmes d’information : Jean-Pierre Guillemant
• Directeur Commercial et Marketing : Frédéric Daniel
• Directeur juridique : Damien Reveillon



La TÉLÉPROSPECTION et la TÉLÉVENTE dans les Centres d’Appels ARMATIS :

La téléprospection correspond à des actions de démarchage réalisées à distance, essentiellement par téléphone. Elle est à distinguer de la télévente (ou télémarketing en anglais), qui elle ne concerne que la vente de produits et/ou de services.
Au sein d’un centre de contact comme armatis-lc, selon la nature des opérations, téléprospection et télévente peuvent être réalisées de concours pour un même client ou bien de façon espacée dans le temps.

Bien que distinctes d’un point de vue commercial, téléprospection et télévente appartiennent toutes deux à des stratégies de marketing direct et ont en commun la dimension technologique : elles intègrent un ensemble de techniques de communication portées par une architecture technologique grâce à un couplage CTI (informatique – télécommunication). C’est l’une des raisons poussant les entreprises à choisir l’externalisation, elles peuvent ainsi se soulager des coûts de structure liés à la technique.

D’un point de vue de stratégie commerciale, la téléprospection intervient en amont de la télévente puisque ses composantes permettent de rechercher les clients, de les connaître et de les sensibiliser en amont à la marque de l’entreprise cliente ; ce qui permet ultérieurement de mener des actions de télévente optimisées.
Les champs d’action de la téléprospection sont nombreux et ont pour but de créer de la valeur ajoutée par la construction de bases de données clients spécifiques.

Ainsi, Armatis-lc, propose d’accompagner ses clients sur des opérations de téléprospection grâce à son expertise en :
• Qualifications de fichiers
• Etudes de marché
• Enquêtes et sondages
• Campagnes d’information sur vos produits et services
• Analyse de données
• Prise de rdv

Depuis plus de 20 ans, Armatis-lc est connu pour son excellence en matière de télévente. Ses vendeurs, à la fois naturellement doués pour la discipline et formés par ses experts obtiennent toujours des résultats à la hauteur des espérances de ses clients. En matière de télévente, Armatis propose un accompagnement sur des missions de :
• Vente simple de produits et/ou services
• Cross selling (ventes croisées)
• Up selling (ventes additionnelles)
• Hard selling (conquêtes dans le “dur”)
• Win-back

De plus, dans le cadre de service client, la sensibilité commerciale d'armatis-lc est précieuse pour le déploiement de stratégies de ventes en rebond.



L’Emploi de Téléconseiller chez Armatis :
Chez Armatis, le Téléconseiller est le maillon clé de la chaine de valeur de l’entreprise. Il intervient selon ses compétences en émission et/ou réception d’appels et/ou back office. Dans le cadre d’activités en émission d’appels (vente, fidélisation, prise de rdv, enquête, qualification de fichiers), le Téléconseiller participe au développement direct ou indirect de l’image de marque et/ou du chiffre d’affaires du client. Dans le cadre d’activités en réception d’appels, le Téléconseiller prend une commande, fournit de l’information, conclut une vente, etc. Enfin, par des actions de type back office, le Téléconseiller renseigne principalement les dossiers des clients et engage les actions nécessaires.



Une centaine de postes à pourvoir chez Armatis Caen (Ouest France - Jeudi 14 août 2014) :
Implanté à Caen, le centre d'appels Armatis recrute, jusqu'à fin septembre, plus d'une centaine de téléconseillers. L'occasion de recueillir l'avis, pendant l'été, de ceux qui y travaillent depuis peu.
« Au départ, j'étais réticent à exercer ce poste, raconte Cédric Manchion, Caennais âgé de 21 ans. Mais j'ai rapidement dédiabolisé le travail ». Étudiant en biologie à l'université de Caen, il se verrait bien continuer dans l'entreprise pour deux ou trois ans supplémentaires.
Et ce n'est pas impossible. D'ici à la fin septembre, l'entreprise Armatis est en phase de recrutement. « Nous recherchons des personnes avec un sens commercial et de la ténacité. Nous allons étudier toutes les candidatures envoyées avec attention », précise Lucie Villard, responsable de recrutement pour le centre d'appels Armatis Caen.

Les qualités d'un Téléconseiller :
Les futurs employés iront ensuite rejoindre les quelque 700 personnes déjà présentes sur le site de Caen. Dans les longs couloirs, et les nombreuses pièces, on aperçoit de nombreuses têtes casquées, causant, tout en pianotant sur leur clavier. Mais qu'est-ce qu'un bon téléconseiller ? « C'est quelqu'un qui doit être patient, à l'écoute des autres et avoir un esprit de synthèse », explique Audrey Roussel, originaire de Cabourg. À 20 ans, la jeune femme s'essaye pour la première fois au monde des grosses entreprises. « Après mon bac en 2013 et quelques mois sans job, je me suis lancée ». Apparemment sûre d'elle, elle confie pourtant : « A la base, je suis timide. Ce travail m'a obligé à ne pas être susceptible, et m'a forgé le caractère. Il ne faut pas prendre les remarques des clients pour soi. Avec le temps, on comprend que ce n'est pas à nous personnellement qu'ils en veulent ». Chez Armatis, on travaille en open space, avec une myriade de bureaux et des centaines de lignes téléphoniques. Audrey a apprécié de « ne pas se sentir toute seule, nous avons des « tuteurs » qui nous aident quand on est en difficulté sur un dossier ». Un bémol ? Depuis son arrivée, la jeune fille annonce, avec le sourire, « que le soir, une fois rentrée chez moi, j'ai du mal à passer du temps au téléphone ».
Candidatures : armatis-4746@candidatus.com




Les Centres d'appels Armatis recrutent à Caen (Ouest France - Jeudi 16 juillet 2015) :
Le Centre d'appels Armatis emploie déjà 750 Téléconseillers sur son site caennais. 110 postes supplémentaires sont en train d'être pourvus pour le début de l'automne.
Implanté au nord de Caen depuis dix ans, à deux pas du périphérique, dans les anciens locaux de Kodak entièrement transformés, le centre d'appel Armatis est un site discret mais aussi un gros employeur.
Arrivé en 2005, la même année que Webhelp, un concurrent implanté à Colombelles, Armatis fait travailler à l'année près de 750 téléconseillers. « 85 % sont en CDI, précise le directeur Patrice François. Le groupe Armatis compte 11 sites en France. Celui de Caen n'est pas l'un des plus gros, mais il est plus important que d'autres sites qui font travailler en moyenne 500 salariés ».

Des contrats dans l'énergie et les télécommunications
Un effectif conséquent qui va encore croître dans les prochaines semaines avec une nouvelle et importante vague de recrutement. « Habituellement, nos campagnes de recrutement sont plutôt en février et avril. Cette fois, nous devons répondre à de nouvelles commandes de nos clients », poursuit le directeur. En l'espèce, il s'agit d'un donneur d'ordre dans le domaine de l'énergie, et d'un autre dans les télécommunications.
Au total, la campagne doit concerner près de 110 postes de téléconseillers. « 45 postes ont déjà été pourvus pour le mois de juillet. Il en reste encore 65, précise Lucie Villard, responsable du recrutement. Nous recrutons en CDI ou en CDD longue durée de 10 à 12 mois, en temps plein de 35 heures par semaine. »

Les profils recherchés ?
« Au minimum des personnes titulaires d'un bac pro vente, bac pro commercial, l'idéal étant un bac + 2 en négociation et relation client, concède la responsable du recrutement. Mais nous accordons aussi une très grande attention à l'expérience professionnelle et à la qualité de la lettre de motivation ». Un courrier truffé de fautes d'orthographes est rédhibitoire.

Un secteur qui emploie
Le marché de l'emploi des téléconseillers est assez concurrentiel à Caen. Outre Armatis, l'agglomération abrite aussi deux sites Webhelp à Caen et Colombelles (900 téléconseillers), un centre interne du groupe Orange (300), la banque en ligne du Crédit Agricole (80), Natixis Inter-épargne (60 à 80) ou encore un centre d'appel interne à EDF (85 à 100 salariés).
« Notre objectif est de pérenniser et fidéliser nos nouveaux collaborateurs », confirme Lucie Villard. Alors outre la rémunération : une base fixe au Smic à laquelle s'ajoutent les primes sur objectifs et challenges (Cf. Salaire et rémunération d’un téléconseiller), Armatis mise sur la qualité de la formation. « Un nouvel embauché ne se retrouve pas aussitôt derrière un poste de travail, prévient Patrice François. Il y a à chaque fois une formation spécifique plus ou moins longue, selon le poste, qui peut durer d'une à deux semaines jusqu'à cinq à six semaines. Il y a ensuite un accompagnement particulier de chaque collaborateur à travers la formation continue ».

Les candidats doivent envoyer curriculum vitae (CV) et lettre de motivation à l'adresse mail : armatis-11148@candidatus.com




Le centre d’appels téléphoniques Armatis recrute 200 Téléprospectrices/Téléprospecteurs à Nevers et Auxerre en 2016 : (Le JDC du 12/01/2016 - Romain Blanc)
Le centre d’appels vient de signer un nouveau contrat avec un service public. Résultat, il va embaucher 80 personnes à Auxerre à partir du mois de mars. 120 postes seront à pourvoir à Nevers. Le début de l’année 2016 commence fort pour Armatis. Le centre d’appels vient de conclure un marché de trois ans avec un établissement public. Et comme le contrat devrait prendre effet dès mars, l’entreprise a pris de bonnes résolutions : embaucher environ 80 personnes, en CDD de six mois minimum à Auxerre et 120 à Nevers. Qui pourront, à terme, se transformer en CDI. Selon le directeur d'Armatis, la structure va aussi embaucher dans le reste de la Bourgogne, puisque 120 CDD doivent être créés sur le site voisin de Nevers.

Quels sont les profils recherchés par Armatis ?
« Depuis 2009, plus de 2.000 personnes ont été intégrées et formées par Armatis Auxerre », assure Gérard Da Costa. « Nous sommes une entreprise qui développe l’employabilité sur le territoire ». Comprendre : beaucoup de salariés ne signent pas de CDI, mais peuvent au moins bénéficier d’un premier emploi. Comme lors des campagnes de recrutement de février 2013 et d'août 2014, où Armatis cherchait entre 100 et 130 CDD. Le directeur préfère nuancer. « La moyenne d’âge est de 36 ans ; on ne donne pas non plus dans le jeunisme », glisse l’homme de 35 ans. Concernant les profils recherchés, « une expérience est évidemment appréciée. » Mais pas obligatoire. « Nous voulons des gens professionnels, rigoureux et motivés. On ne soupçonne pas la technicité de ce métier. Il ne suffit pas d’avoir la tchatche et de bien parler. Il faut savoir écouter. Écouter pour comprendre. Écouter pour répondre ».
Désormais, l’entreprise emploie jusqu’à 180 personnes en période de pic d’activité. C’est-à-dire avant Noël, notamment pour les campagnes d’abonnement aux chaînes télévisées.